AccueilConcertsAltinoglu-Korobeinikov : cocktail énergétique

Altinoglu-Korobeinikov : cocktail énergétique

CONCERT – L’auditorium accueille deux soirées symphoniques avec le pianiste Andredi Korobeinikov et le chef Alain Altinoglu.
L’Orchestre National Bordeaux Aquitaine retrouve jeudi et vendredi deux amis : le chef Alain Altinoglu et le pianiste Andrei Korobeinikov. Leur première rencontre date de 2010 aux Chorégies d’Orange : Alain Altinoglu dirigeait l’ONBA dans « Mireille » de Gounod tandis qu’Andrei Korobeinikov remplaçait Fazil Say sous la baguette de… Kwamé Ryan. De ces expériences mutuelles vient l’idée de les faire jouer ensemble pour deux soirs à l’auditorium… deux soirées qui devraient s’annoncer bouillonnantes, à l’image des caractères du chef et du pianiste.
Alain Altinoglu, brillant chef d’orchestre français, a passé le mois de mars à New-York pour diriger Faust et Othello au Metropolitan Opera. Il est déjà venu à Bordeaux diriger l’Ensemble Intercontemporain en avril 2012 et l’ONBA en octobre 2011. Sa vitalité, son énergie, son autorité étaient saluées dans ces pages. A l’époque il avait dirigé un programme débutant par « La Mer » de Debussy. Jeudi et vendredi, ce sera « Le Prélude à l’après-midi d’un faune » du même Debussy… pourquoi changer une formule qui gagne ? Si le chef s’était mis au piano pour interpréter le « Rhapsody in Blue » de Gershwin, il laisse cette fois-ci sa place à d’autres mains : celles du Russe Andrei Korobeinikov.
Le pianiste est lui aussi un phénomène. Né à Moscou il y a 27 ans, ce prodige d’intelligence est sorti brillamment à 17 ans de l’Université de Droit de Moscou, la seule qui acceptait des étudiants aussi jeunes. Parlant plusieurs langues dont l’espéranto, cet avocat spécialiste du droit de la propriété intellectuelle a finalement opté pour la carrière de… pianiste international. Le répertoire russe a naturellement sa préférence, en témoigne son disque consacré à Scriabine en 2008 et le dernier en date dédié à Chostakovitch (tous deux chez le label Mirare). A Bordeaux il jouera le Concerto pour piano n°3 de Sergeï Prokofiev, réputé pour sa vivacité. Rien de bien effrayant pour Andrei Korobeinikov : à La Roque d’Anthéron l’été dernier, il a fait preuve d’une telle énergie que le pétillant chef Fayçal Karoui a paru un peu à la traîne, c’est dire !
Jeudi 25 et vendredi 26 avril, 20 h, Auditorium, 9 cours G. Clemenceau. 8 à 35 €. 05 56 00 85 95.
Photo Korobeinikov©JeanMarcGourdon-Mirare
Article paru dans Sud Ouest.
espace publicitairespot_img
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -spot_img

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

Derniers articles

Newsletter

Twitter