spot_img
AccueilConcertsCompte-rendu : Benjamin Lazar à l’Athénée, tout un monde!

Compte-rendu : Benjamin Lazar à l’Athénée, tout un monde!


THÉÂTRE MUSICAL – Pendant quatre semaines le comédien et metteur en scène Benjamin Lazar s’installe au Théâtre de l’Athénée-Louis Jouvet. Tout au long du mois d’octobre, Il y donne en alternance L’Autre Monde ou Les États et Empires de la Lune, de Cyrano de Bergerac, et Maldoror, d’après Les Chants de Maldoror, du comte de Lautréamont.


Si Maldoror n’existe encore qu’à l’état de répétitions (création le 02 octobre 2019 !), L’Autre Monde en est à sa troisième programmation à l’Athénée. Il faut dire que Patrice Martinet, son directeur, adore « cette façon de faire du théâtre ; le respect du texte, la recherche de sens, de la grâce qui dépasse la temporalité éphémère ».


Mais est-ce encore du théâtre ? À la croisée de la commedia dell’arte, du mime, de la danse, du concert et de la déclamation, L’Autre Monde est une épure baroque, un bijou tendrement et patiemment poli par son créateur depuis quinze ans. Avec ses compères de La Rêveuse (Florence Bolton, viole de gambe et Benjamin Perrot, théorbe), Benjamin Lazar adapte à la scène ce roman posthume de Cyrano de Bergerac (oui, il a vraiment existé !), diffusé clandestinement de son vivant.


Imaginez un plateau uniquement éclairé à la flamme. Des accessoires réduits à l’essentiel (un tabouret, un escabeau, un pupitre). Un comédien qui, dans une sorte de Québécois sentencieux et chantant, nous restitue la diction baroque. Des musiciens entrelaçant le propos de pièces de Dufaut, Marais ou encore Boësset, pour figurer les haltes du voyageur, brosser un tableau sonore ou éclairer le texte. En ressort un spectacle d’une étonnante modernité, suggéré en clair-obscur, empli de machines volantes dignes de la fusée de Tintin, de prisons terrifiantes et même d’un magnétophone ! Le tout est délicieusement absurde, délicatement séditieux, et la force du murmure saute à nos oreilles.


Pour Maldoror, Benjamin Lazar nous promet « une plongée sombre, humoristique, ironique et mélancolique dans la profondeur des océans, à laquelle vient se mesurer la profondeur du cœur humain », habillée par les espaces sonores de Pedro Garcia-Velasquez et Augustin Muller…

Deux textes en marge de la littérature française, et pourtant fondamentaux, à voir jusqu’au 19 octobre au Théâtre de l’Athénée-Louis Jouvet, Paris 9ème.

L’Autre Monde ou Les États et Empires de la Lune : du 08 au 12 octobre
Maldoror : du 02 au 05 et du 15 au 19 octobre
www.athenee-theatre.com

Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -spot_img
spot_img

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -spot_img

Derniers articles

Newsletter

Twitter