spot_img
AccueilConcertsThomas Dunford en pince pour Bach

Thomas Dunford en pince pour Bach

COMPTE-RENDU – Le luthiste Thomas Dunford a choisi un théorbe, un grand luth, pour interpréter trois pièces iconiques de Johann Sebastian Bach au théâtre des Abbesses. Avec quelques surprises en plus….

Les jeunes musiciens baroques ont parfois des allures de dandy rock. Costume pincé et instrument sur le ventre, telle une guitare basse, Thomas Dunford est entré sur la scène du théâtre des Abbesses (Paris) le 15 janvier dernier, pour interpréter un programme Johann Sebastian Bach. Il avait choisi pour cela un théorbe, impressionnant luth à 14 cordes, doté de davantage de graves que celui avec lequel il se produit le plus souvent.

Prélude, allemande, courante… Les six mouvements de la première Suite pour violoncelle seul, arrangée par ses soins, se sont enchainés en guise d’entrée en la matière. L’oreille, peut-être trop habituée à entendre cette partition au violoncelle, n’a pas toujours retrouvé les notes là où elle les attendait.

Il est vrai que le théorbe, instrument à cordes pincées, ne permet pas de produire la même longueur de son que le violoncelle, à cordes frottées, et qu’il en découle parfois cette sensation de notes manquantes ou envolées trop rapidement.

Passé ce temps d’adaptation, on se laisse volontiers emporter par la cinquième Suite pour violoncelle seul, adaptée par Bach lui-même vers 1730. Et parfois, le musicien pose son visage contre le théorbe, à l’écoute des vibrations qui en émane, et on est ému par cette fusion entre l’homme et son instrument.

En 2018, Thomas Dunford a enregistré les Œuvres pour luth de Bach, chez Alpha Classics.
Lire aussi : Moment suspendu avec le luth de Jadran Duncumb
Une chaconne hypnotique 

Le programme s’est achevé par un tour de force avec la chaconne de la Partita pour violon n° 2, morceau présenté par Thomas Dunford comme « injouable au violon, et injouable au luth ». La tension est alors montée d’un cran dans la salle. Le musicien s’est concentré, le public a retenu son souffle.

Courte, comptant cinq mouvements soit environ treize minutes, la seule chaconne composée par Bach a donné lieu à une démonstration de virtuosité, la course des doigts de Dunford sur les cordes opérant comme une manœuvre hypnotique.

Lire aussi : Lea Desandre et Thomas Dunford : magnifique duo d’amours baroques
Quand rock et baroque se rencontrent

Pédagogue et communicatif, l’instrumentiste aime profiter des intermèdes entre deux morceaux pour expliquer leurs caractéristiques et les défis qu’ils lui imposent. Complètement séduite, l’audience lui a facilement arraché un rappel. C’est ainsi qu’on a pu découvrir le timbre feutré de sa voix dans deux tubes de la musique anglaise, interprétés avec des accents baroques, même s’ils sont distants de plusieurs siècles : Come Again, de John Dowland (1563-1626) et une chanson « pré-Covid », Yesterday (1965). Quand on vous dit que les musiciens baroques sont des rockers.

- Espace publicitaire -spot_img
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -spot_img

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

Derniers articles

Newsletter

Twitter