spot_img
AccueilA la UneCe que je ramène de La Folle Journée de Nantes 2022

Ce que je ramène de La Folle Journée de Nantes 2022

COMPTE-RENDU – Franz Schubert était le compositeur pivot de la 28e édition de la Folle Journée de Nantes. Que ramène-t-on de ces journées marathon de concerts ? Une Truite ? Mais aussi des chefs-d’œuvres et des coups de cœur.

Un opus
Le Quatuor Modigliani. © Marc Roger / CREA

J’ai vu l’épisode 1, 3 et 4 mais j’ai loupé l’épisode 2. J’ai adoré l’épisode 5. On ne parle pas d’une nouvelle série à la mode, mais de l’intégrale des quatuors à cordes de Schubert que le Quatuor Modigliani a enregistré au disque en janvier chez Mirare. Une pléiade musicale ambitieuse, que la formation a proposé en huit concerts d’une heure, à Nantes, lors de la dernière édition de la Folle Journée, du 26 au 30 janvier.

Enregistrer une intégrale est une étape importante dans la vie d’un quatuor à cordes. Jusqu’à présent, aucune formation française de ce type n’avait enregistré ces œuvres complètes de Schubert. C’est désormais chose faite. Vous le savez, on a déjà vanté les qualités du Quatuor Modigliani ici et là, et les entendre à La Folle Journée a été l’occasion parfaite de découvrir des pièces du compositeur autrichien. On quitte les lieux avec un petit coup de cœur pour Le Quatuor à cordes no. 8 en si bémol majeur et Le Quatuor à cordes en ré mineur D. 810, dit La Jeune Fille et la Mort, grand moment de cette nouvelle édition.

Lire aussi : Tout ce qu’il faut savoir (ou presque) sur le quatuor à cordes
Une date

Schubert n’a eu qu’une seule occasion d’entendre ses œuvres jouées en concert. C’était le 26 mars 1828, anniversaire de la mort de Beethoven, dans un programme qu’il avait lui-même choisi, réunissant un quatuor à cordes, des pièces pour chœur et des Lieder. Dans une reconstitution identique proposée à Nantes, on a entendu avec bonheur le pianiste Yoan Héreau et le ténor François Rougier, membre de la troupe Favart de l’Opéra Comique. On connaissait ses talents de comédien, on le découvre en magnifique conteur et poète, à l’allemand plaisant et fluide. Le Trio Karénine a quant a lui donné à entendre un superbe Trio en mi bémol majeur pour piano et cordes no. 2, que le cinéaste Stanley Kubrick a choisi comme bande-originale de Barry Lyndon (1975)

À lire également : La playlist du Trio Karénine
Une amitié
Duo Geister © Marc Roger / CREA

Schubert était un grand « ami » nous rappelle la conférence de Bernard Fournier. Il a écrit d’ailleurs beaucoup pour ses amis et certaines de ses œuvres fleurent bon la taverne et la bière plutôt que la méditation du poète égaré dans un monde cruel (le cliché habituel concernant Schubert).

Le Duo Geister incarne ce côté fraternel et plein d’humour qu’on aime particulièrement. Ils ne sont pas d’accord avec l’idée reçue selon laquelle Schubert a écrit ses quelques 35 duos pour « choper » (draguer ses compagnes de clavier, lire ici pour en savoir plus). « Franchement le Grand duo de Schubert (la sonate D.812) n’est pas fait pour choper », expliquent les deux copains qui ont participé à l’intégrale des œuvres pour quatre mains de Schubert donnée pendant le festival.

Livre : « Un été à quatre mains » entre Franz Schubert et Gaëlle Josse

David Salmon et Manuel Vieillard ont eu deux parcours différents, l’un à Paris et l’autre à Berlin et ces deux sensibilités différentes sont une de leurs richesses. Leur jeu est un pertinent mélange de complicité, d’énergie et de sensibilité. Grand duo : le terme leur va si bien. Ils signent leur premier disque chez Mirare, on en reparlera. Une belle découverte. Ils étaient à l’affiche du concert retransmis par Arte.

Un chef
Victor-Julien Laferrière © R. Charrier

Ce concert (et cette Folle Journée) ont offert une révélation ! On connaissait le violoncelliste Victor-Julien Laferrière pour son talent et sa musicalité (et son caractère adorable, accessoirement). On l’a entendu et vu à Nantes en tant que chef, dirigeant une formation qu’il a réunie : l’Orchestre Consuelo. Un choc ! Autour de lui, de grands instrumentistes choisis pour leur engagement et leur passion du grand répertoire. Au pupitre : un geste précis, des dynamiques tenues et pensées. Il parait qu’il préparait ce moment depuis deux ans. Les Consuelo n’ont donné que quelques concerts depuis leur formation en mai 2021. Ce fut une belle surprise. Jugez plutôt.

À lire également : Victor Julien-Laferrière, violoncelle en or
- Espace publicitaire -spot_img
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -spot_img

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

Derniers articles

Newsletter

Twitter