AccueilD'aujourd'hui : 20e et 21e sièclesCharlotte Sohy, la découverte d'une mine d'or

Charlotte Sohy, la découverte d’une mine d’or

DISQUE – Un magnifique coffret de trois disques paru au tout nouveau label La Boite à pépites nous fait découvrir la musique de la compositrice Charlotte Sohy. Un très bel exemple de ce que peut nous offrir la redécouverte de notre matrimoine musical.

Depuis quelques semaines, un nom de compositrice ressort de l’actualité musicale : Charlotte Sohy (1887-1955). Dans ces pages, nous vous avons déjà parlé de la création, un siècle après sa composition, de sa symphonie dite Grande Guerre.

A LIRE AUSSI : Grande Guerre, le trésor exhumé de Charlotte Sohy

Nous l’affirmons : il faut parler d’un mouvement de redécouverte du matrimoine musicale, comme jadis on a parlé du mouvement de redécouverte de la musique baroque. Que ceux qui ont une seule critique à faire sur cette démarche au bénéfice du travail des compositrices y pensent : si on avait écouté les grincheux des années 1970 qui moquaient les « baroqueux », à côté de combien de chefs-d’œuvre de Charpentier, de Lully ou de Rossi serions-nous passés ? 

Quand les femmes font bloc

Charlotte Sohy à 45 ans.

Ainsi, des femmes travaillent ardemment à la reconquête des œuvres de compositrices, comme la chercheuse Claire Bodin (et son centre de recherche Présence Compositrices et son moteur de recherche Demandez à Clara), la cheffe d’orchestre Laurence Equilbey (son opération de chiffrage des femmes dans le spectacle vivant), la ministre de la Culture Françoise Nyssen en 2018 et la violoncelliste Héloise Luzzati.

La musicienne a fondé Elles creative women, une association qui a pour but de faire entendre et d’enregistrer les œuvres de femmes. Le grand atout de cette démarche est là : Héloïse Luzzati possède une oreille extraordinaire pour identifier les pépites. Et assez de réseaux pour convaincre des artistes de les interpréter avec passion : David Kadouch, Marie-Laure Garnier, Lucile Richardot, Célia Oneto-Bensaid, Xavier Phillips, entre autres.

Parmi toutes ces actions de mise en lumière des compositrices d’hier et d’aujourd’hui, Elles creative women a lancé en 2020 le festival Un Temps pour elles, une chaîne YouTube, et finalement, un label, La Boîte à pépites, inauguré le 8 mars 2022.

Charlotte Sohy est une poétesse et met en musique les sensations que la vie lui procure

Héloïse Luzzati, le 8 mars dernier lors d’un concert dédié aux compositrices au Théâtre des Champs-Elysées

Pourquoi on aime ?

Pour sa première publication, La Boîte à pépites ne propose pas un, mais trois disques, consacrés à la compositrice Charlotte Sohy. Une mine d’or. Ce triptyque s’articule « autour du piano », autour du quatuor » et « autour de l’orchestre ».

Prenons le dernier disque, au hasard et écoutons…. Dès la première piste, le choc. On est pris à la gorge par les Trois Chants nostalgiques, Op. 7, composés en 1910 et magnifiés par la voix sombre de la mezzo-soprano Aude Extremo. Les textes sont de Cyprien Halgan sur lequel (hélas!) peu d’informations nous parviennent. La construction pour orchestre est riche et lumineuse à l’image des chefs-d’œuvre de cette Belle Époque. 

L’Orchestre national Avignon-Provence sous la direction de Debora Waldman, qui avait déjà donné Grande Guerre, sert cette musique avec un bel équilibre entre légèreté du geste et profondeur du son. 

A LIRE : La playlist classique de Debora Waldman, cheffe d’orchestre 

Poétesse

Côté piano, nous recommandons particulièrement l’écoute du duo pour violoncelle et piano Octobre, Op. 23 par Héloïse Luzzati et Célia Oneto Bensaïd, au piano. Ou encore la Fantaisie, Op. 3 : Allegro ma non troppo interprète par David Kadouch. Les Quatre Pièces romantiques, Op. 30, jouées par Marie Vermeulin, nous ont paru un peu trop sucrées et gentilles. Écrites dans les heures sombres de 1944, ces pièces semblent évoquer le siècle passé. 

Le Deuxième Quatuor, écrit juste après la guerre (entre 1945 et 1947) est d’une autre trempe. Le Quatuor Hermès, qui avait livré jadis pour le label La Dolce Volta de très belles versions des quatuors de Ravel et Dutilleux, sont là aussi des interprètes de choix pour une partition vive, évoquant très fortement la danse. On fait naturellement le lien avec le premier mouvement du Quatuor de Ravel.

Charlotte Sohy est une poétesse et met en musique les sensations que la vie lui procure : de Changement matinal (Tryptique champêtre, Op. 21) à Absence (extrait de l’Histoire sentimentale, op.34). On laissera aux curieux les 120 pages du livret de ce coffret pour découvrir en détail (et en dessins !) la vie de Charlotte Sohy. 

Ou alors, juste de regarder cette vidéo dessinée.

Vous aimerez aussi :

espace publicitairespot_img
Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -spot_img

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

Derniers articles

Newsletter

Twitter