spot_img
AccueilActusCinq festivals à suivre au mois de juin

Cinq festivals à suivre au mois de juin

FESTIVAL – Après un beau démarrage en mai, juin promet également de formidables moments de musique dans toute la France. Notre sélection.

Festival Adolphe Sax : le saxophone roi de Montmartre

Debussy parlait du saxophone comme d’un « animal à anche simple ». Un ovni chez les instruments à vents, dont on doit l’invention en 1846 à Paris par le Belge Adolphe Sax. 176 ans plus tard, l’association Accent production pose ses valises à Montmartre, où Sax avait installé ses ateliers et où il est enterré, pour faire résonner le quartier au son du saxophone.

Concerts, conférences et ateliers d’initiations se succéderont entre le 3 et le 5 juin dans les lieux emblématiques du quartier (Musée de Montmartre, mairie du 18e, FGO Barbara, Conservatoire Nadia et Lili Boulanger…) pour faire revivre le sax à l’époque Sax.

Pourquoi on veut y aller : pour (re)découvrir le saxophone et Montmartre sous toutes ses coutures, pour le concert d’ouverture (gratuit!).

Du 3 au 5 juin, à Paris. Tarif : de 0 à 22 euros. Informations et réservations ici.

Lille piano(s) festival : infiniment piano

Il suffit de jeter un coup d’œil à la programmation pour être convaincu d’aller faire un tour au festival annuel de piano de l’Orchestre national de Lille : Simon Ghraichy, Vanessa Wagner, Wilhem Latchoumia, Olivier Latry, Marie-Ange Nguci, Bertrand Chamayou et tellement d’autres… La crème de la crème des pianistes classiques, réunis pour nous en faire voir (entendre?) de toutes les couleurs. 40 concerts sur trois jours, du grand répertoire au jazz, en passant par la musique du monde. Avec, comme invités d’honneur, François-Xavier Roth et l’ensemble Les Siècles. Bon voyage !

Pourquoi on veut y aller : pour la programmation aussi alléchante qu’une barquette de frite-fricadelle.

Du 10 au 12 juin, à Lille. Tarif : de 9 à 25 euros. Informations et réservations ici.

Un Temps pour elles : le festival féministe

En 2021, Nikola Nikolov, Célia Oneto Bensaid, Elsa Dreisig, et Xavier Philips © Frédérique Reibell

Vous savez combien Classique mais pas has been est attaché au matrimoine musical, et nous ne manquons jamais une occasion de vous dire : « vite! précipitez vous sur les disques ou les concerts qui vous font entendre les œuvres de nos compositrices! ». Pour la deuxième édition d’Un Temps pour elles, l’association ELLES women composer prend à nouveau ses quartiers dans le Val d’Oise pour un mois de concerts consacrés à nos geniEs classiques. Pour le concert d’ouverture, Sarah et Déborah Nemtanu (violons), Lise Berthaud (alto), Victor Julien-Laferrière (violoncelle) et Bertrand Chamayou (piano), joueront des œuvres de Rebecca Clarke, Grazyna Bacewicz et Nadia Boulanger.

Pourquoi on veut y aller : pour entendre un répertoire qu’on entend jamais, pour être sûre de ne croiser que des musiciens engagés.

Du 10 juin au 10 juillet, dans le Val-d’Oise. Tarif : de 5 à 20 euros. Pass 4 concerts ou illimités. Informations et réservations ici.

Lire aussi : David Kadouch sur les traces de Madame Bovary

Les Rencontres musicales ProQuartet : place aux jeunes

Cette 23e édition, toujours dédiée à la musique de chambre, revient dans le sud de la Seine-et-Marne après deux ans d’interruption. Le quatuor Yako a lancé la saison avec une ballade musicale en forêt de Barbizon, début mai. La programmation poursuit ses objectifs : promouvoir les musiciens de moins de 30 ans et un répertoire contemporain et classique, à des tarifs accessibles, à la ville comme à la campagne. Avec, c’est la nouveauté, la volonté de donner plus de place… aux compositrices (Germaine Taillefer, Jacqueline Fontyn, Amanda Maier, entre autres). (A. R.)

Pourquoi on veut y aller ? Pour découvrir de jeunes ensembles, leur énergie, leur élan, dans des recoins du sud de la Seine-et-Marne.

Du 7 mai au 1er juillet en Seine-et-Marne. Tarifs : de 0 à 16 euros. Pass festival : 30 ou 40 euros. Informations et réservations ici.

Festival de Saint-Denis : une 54e édition toujours éclectique

Pour sa 54e édition, le Festival de Saint-Denis a choisi trois époques fondatrices de la musique classique occidentale, à travers une œuvre commune : Stabat Mater. Vous pourrez y entendre les versions de Pergolèse (XVIIIe siècle), Rossini (XIXe siècle) et Poulenc (XXe). Dépassement des siècles et des frontières, musicales toujours, puisque le festival propose des pas de côtés étonnants : le trompettiste Ibrahim Maalouf et son nouvel orchestre le Free Spirit Ensemble ont concocté un programme surprise avec Gautier Capuçon et la cheffe d’orchestre Johanna Malangré. Aussi, Dom la Nena et Rosemary Standley (Birds on the Wire) joueront aux côtés de la Maîtrise de Radio France une nouvelle création

Pourquoi on veut y aller ? Pour assister à l’arrivée sur la scène de la Basilique de MC Solaar, aux côtés des musiciens de l’Orchestre national d’Ile-de-France.

Du 31 mai au 3 juillet à Saint-Denis (93). Informations et réservations ici.

On pense aussi à eux : Le MidSummer festival, du 23 juin au 2 juillet, Opéra en plein air qui démarre le 17 juin, Les Musicales du Lubéron, mais aussi la biennale d’art lyrique Là-Haut, du 31 mai au 12 juin à Saint-Omer et Tourcoing ou L’Offrande musicale, à partir du 29 juin dans les Hautes-Pyrénées.

Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -spot_img
spot_img

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -spot_img

Derniers articles

Newsletter

Twitter