spot_img
AccueilNos coups de cœurOphélie Gaillard : "j'aimerais inciter les jeunes à prendre des risques"

Ophélie Gaillard : « j’aimerais inciter les jeunes à prendre des risques »

INTERVIEW – La violoncelliste prend la direction artistique de l’édition 2022 de l’Académie du Centre culturel de rencontre d’Ambronay. Elle a recruté 24 instrumentistes pour travailler autour de Mozart, Haydn et Boccherini… Une immersion qui se conclura par une tournée européenne de sept dates, dont trois en France.

Un retour aux sources. Violoncelliste et fondatrice de l’Ensemble Pulcinella, Ophélie Gaillard a participé dans ses jeunes années de formation à l’une des premières éditions de l’Académie d’Ambronay. Cette année, c’est elle qui en prend les reines à la suite des grands noms de la musique classique, comme Leonardo García Alarcón, Sébastien Daucé, Ariana Savall, Karine Deshayes, Patricia Petibon, Raphaël Pichon ou encore Geoffroy Jourdain en 2021. 

Créée en 1993, l’Académie du Centre culturel de rencontre (CCR) d’Ambronay propose à des musiciens professionnels européens en début de carrière de parfaire leur formation dans l’art de jouer la musique baroque et pré-romantique. Cette académie a formé des milliers d’artistes et est à présent intégrée au dispositif européen EEEMERGING+

L’Ensemble Pulcinella © Sofia Albaric

Cheffe, professeure ou soliste : quel est votre rôle dans l’Académie Ambronay 2022 ?

Ophélie Gaillard : Les trois, comme en dehors de l’académie ! J’enseigne, à la Haute École de musique de Genève, le violoncelle et la pratique sur instruments historiques. Avec Pulcinella, mon ensemble, je pratique beaucoup le joué-dirigé (le fait de jouer son instrument tout en dirigeant les autres musiciens, NDLR). Pour l’Académie du CCR d’Ambronay, je dirige les opérations mais j’aimerais inciter les jeunes musiciens à une prise de risque collégiale, à une participation où chacun a une grande responsabilité et un engagement personnel. D’autant que nous allons approfondir avec eux le XVIIIe siècle, une période charnière musicalement et culturellement…

LIRE ÉGALEMENT : Geoffroy Jourdain : « On ne perd pas son identité en jouant en collectif »

Pourquoi s’agit-il d’une période essentielle pour l’histoire de la musique ?

Les œuvres du programme ont été écrites au tournant des années 1770-1780. Musicalement, nous sommes encore dans le style galant, mais on met déjà un pied dans le pré-romantisme, ce moment de l’émergence de la première personne dans la philosophie et la culture.

Dans le Concerto pour violoncelle de Boccherini, je suis la soliste et je serai face à l’orchestre… une étape vers le concerto romantique avec le soliste sur le devant de la scène. Ces musiques demandent aux interprètes beaucoup d’implication personnelle et de virtuosité. C’est à cette période que se joue aussi l’avenir de l’Europe, avec la naissance de la démocratie.

Découvrez la playlist du Centre culturel de rencontre d’Ambronay

En quoi l’Académie d’Ambronay est-elle spéciale ?

Le format surtout : l’immersion pendant dix jours en Italie tous ensemble, suivie de la tournée, nous donne le temps d’approfondir. Je n’ai pas de problème pour recruter des gens qui ont un haut niveau instrumental et qui soient ouverts à l’interprétation musicalement informée.

Mais ce n’est pas le tout de mettre des cordes en boyaux sur un violoncelle pour jouer la musique du XVIIIe siècle ! Il y a le savoir-faire. Les productions se font de plus en plus vite, avec de moins en moins d’argent. L’académie est très précieuse car elle offre le temps d’approfondir un type de jouer ensemble. Nous ferons par exemple intervenir auprès de nous, deux musicologues à Pavie (Italie), du 22 juin au 5 juillet.

Le fait d’être en immersion, 24 heures sur 24, à jouer, déchiffrer ou débattre est aussi une force. On ne gave plus les étudiants d’informations en les laissant digérer seuls. Après le choc que ces jeunes ont vécu de l’arrêt des concerts et des cours en 2020 et 2021, cet effet de communauté sera une bouffée d’air frais.  

Programme : Les Explorateurs : Mozart / Haydn / Boccherini

  • Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) – Symphonie n° 17 en sol mineur, KV. 129 (1772)
  • Luigi Boccherini (1743-1805) – Concerto pour violoncelle et orchestre en ré majeur, G.483 (1770). soliste : Ophélie Gaillard 
  • Joseph Haydn (1732-1809) – Symphonie n° 49 en fa mineur, Hob I :49, dite « La Passione » (1768) 
  • Luigi Boccherini – Symphonie n°6 en ré mineur, « La Casa del Diavolo », G. 506 (Extrait : III. Finale, Andante sostenuto & Allegro con moto) (1771) 

Tournée européenne du 5 au 16 juillet 2022 :

Sur le même thème

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -spot_img
spot_img

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -spot_img

Derniers articles

Newsletter

Twitter