spot_img
AccueilFestivals10 festivals classique à suivre en juillet

10 festivals classique à suivre en juillet

FESTIVAL – Nous voilà dans le cœur de l’été, et la saison des festival bat son plein. Ce mois-ci, retrouvez encore une fois notre sélection.

Festival international d’opéra baroque et romantique de Beaune : le lyrique

© DR

40 ans, ça se fête ! Du 8 au 31 juillet, le Festival international d’opéra baroque et romantique de Beaune, qui a lieu aux hospices et à la basilique Notre-Dame de Beaune propose pour son anniversaire des opéras en version de concert, qui réunissent des chefs et des ensembles amis du festival. Au total, neuf opéras et oratorios en version de concert et trois récitals distribués sur les 4 week-ends du mois de juillet. Vous l’aurez compris, c’est le rendez-vous des amoureux de l’art lyrique.

Pourquoi on veut y aller : pour la programmation éclectique Purcell, Haendel, Monteverdi, Rossini… et parce qu’on ne dit jamais non à un week-end en Bourgogne !

Du 8 au 31 juillet, à Beaune (21). Tarif : de 12 à 125 euros. Informations et réservations ici.

Gagnez des places pour la clôture du festival Idéal au Potager du roi, le 24 juillet à Versailles !

Mandol’in Marseille festival : le sudiste

Le saviez-vous ? En 2021, la mandoline fêtait aussi un anniversaire. Les 100 ans de l’ouverture de la classe de mandoline au Conservatoire Pierre-Barbizet de Marseill. Un an plus tard, l’instrument originaire d’Italie continue de résonner dans la ville la plus méditerranéenne de France. Mandol’in Marseille Festival célèbre du 8 au 13 juillet le « petit luth », entre créations, concerts et moments de partages. Pour l’occasion, la mandoline a rencontré Jean-Claude Vannier, André Minvielle, Fanny Cottençon, Richard Bohringer… tout autant d’artistes invités du Mandol’in Marseille Festival.

Pourquoi on veut y aller : pour entendre la mandoline sous toutes ses formes : baroque, classique, romantique, jazz, populaire ou contemporaine.

Du 8 au 13 juillet, à Marseille (13). Tarif : de 0 à 50 euros. Informations et réservations ici.

Festival de Toulouse : le petit nouveau

La prairie des filtres ©Ville de Toulouse – P. Nin

Sans transition, c’est un mandoliniste qui nous conduit à Toulouse. Julien Martineau est le directeur artistique de ce tout nouveau festival classique de la ville rose. Il n’a pas programmé que du classique et l’on retrouve dans ses concerts aussi bien un hommage à Aretha Franklin qu’une soirée Flamenco et qu’une balade sur Broadway avec Lambert Wilson au chant et Bruno Fontaine au piano. On y retrouve nos artistes adorés : Simon Ghraichy en duo avec la danseuse étoile Dorothée Gilbert, le violoniste baroque Théotime Langlois de Swarte et le claveciniste Justin Taylor, le Carnaval des animaux de l’humoriste Alex Vizorek et le duo Jatekok, Jean-François Zygel en duel de piano avec André Manoukian, etc.

Pourquoi on veut y aller : pour le plaisir de (re)découvrir les jardins de la ville de Toulouse : Raymond VI et ses grands espaces de gazon et la Prairie des Filtres en bord de Garonne.

Du 8 au 24 juillet à Toulouse. Tarif : de 5 à 39 euros. Tarifs réduit pour les moins de 12 ans. Informations et réservations ici.

Estivales de musiques en Médoc : le viticole

C’est une loi cruelle de la vie musicale : certains instruments, comme le violon, le violoncelle et le piano, ont droit au devant de la scène. Les autres sont censés rester gentiment dans la foule anonyme des instruments de l’orchestre. Certains heureusement se rebellent… et des festivals les programment ! Les Estivales de musique en Médoc édition 2022 ont ainsi décidé de mettre en avant le basson, les percussions ou encore le hautbois. Pour autant, ce festival ne perd pas ses valeurs fondamentales : les artistes programmés dans les superbes châteaux du Médoc sont tous lauréats des grands concours internationaux. Qu’est-ce qu’on attend ?

Pourquoi on veut y aller : pour le gratin de stars montantes du classique. Et pour le vin qui va avec !

Du 29 juin au 15 juillet, dans le Médoc (33). Tarif : de 18 à 35 euros. Gratuit pour les moins de 12 ans. Informations et réservations ici.

Le festival de la Roque-d’Anthéron : le 100% piano

Parfois il suffit de peu de mots. Juste de noms : François-Frédéric Guy, Cristian Budu, Claire Désert, Lars Vogt, Gaspard Dehaene, Justin Taylor, Célimène Daudet ou Momo Kodama. Voilà quelques unes des grandes personnalités qui vont se succéder pendant près d’un mois en Provence pour l’incontournable Festival international de la Roque-d’Anthéron. Cette année vibrera au rythme de 106 concerts, soutenus par 84 pianistes français et 64 étrangers. A noter, ls soirées hommage à Nelson Freire (7 août), Nicholas Angelich (10 août) et Radu Lupu (13 août).

Pourquoi on veut y aller : pour déambuler dans le magnifique parc du Château de Florans, en dégustant une boule de glace et rencontrer nos pianistes préférés après chaque concert pour une séance de dédicaces. De vraies vacances !

Du 18 juillet au 20 août, à la Roque-d’Anthéron (13). Tarif : de 10 à 55 euros. Informations et réservations ici.

Lire aussi : Radu Lupu et Nicholas Angelich, deux grands maîtres du piano disparaissent

Le jeudis musicaux à Royan

Il fait bon vivre en Charente-Maritime ! À Royan, station balnéaire aux portes de l’océan, tout le monde connaît Un Violon sur le Sable, le rendez-vous populaire de l’été sur la grande conche. 100 000 personnes les pieds dans le sable qui profitent d’un concert grand format sur une scène monumentale. Le Stade de France à la plage…

Dans l’ombre de ce mastodonte télévisé, et dans la fraîcheur bienfaisante des églises du pays royannais, grandit depuis plus de trente ans un autre rendez-vous estival : les Jeudis Musicaux. Un festival qui court sur tout l’été à raison de deux concerts de musique de chambre par semaine dans les églises romanes du secteur. 

À chaque fois mis en lumière, ces joyaux du patrimoine rural offrent à la nuit tombée un véritable écrin poétique. Des musiciens internationaux viennent ici jouer dans l’intimité d’églises qui, pour certaines, ne dépassent pas les cent places assises. De quoi profiter pleinement du spectacle, au plus près des artistes. 

Pourquoi on veut y aller : une plongée dans l’Italie Baroque avec le luthiste Thomas Dunford qui accompagne le ténor d’origine chilienne Emiliano Gonzalez Toro.

Du 2 juin au 15 septembre, Tarif unique : 16€, gratuit pour les – de 16 ans. Informations et réservations ici.

Le Festival Messiaen au Pays de la Meije : le mystique

Le Balcon devant La Meije

Le festival Messiaen, il se mérite ! D’abord il faut grimper jusqu’à La Grave (1520 mètres d’latitude) mais le paysage à couper le souffle ne vous fera pas regretter l’effort. Ensuite il faut se plonger dans des oeuvres puissantes. La programmation du directeur Bruno Messina est à l’image du compositeur Olivier Messiaen (1908-1992) : mystique, exigeant, à la fois mathématicien et poète. Cette édition marque les 30 ans de la mort de Messiaen et s’ouvre sur son extraordinaire cathédrale de sons, les Vingt Regards sur l’Enfant Jésus. Le pianiste Bertrand Chamayou, qui vient de graver sa version de l’œuvre pour Warner Classics, livre le fuit d’années de méditation sur cette partition redoutable et envoutante. Après l’avoir brillament présenté mi-juin au Théâtre de Champs-Elysées (lieu qui prête peu à l’ascèse spirituelle avouons-le), il le donne à l’église de La Grave in situ, entouré les montagnes que Messiaen adorait.

Pourquoi on veut y aller : pour tous les autres artistes qu’on n’a pas cité comme Barbara Hannigan, le choeur Spirito, Vanessa Wagner, l’ensemble La Balcon, etc.

Du 20 au 31 juillet, La Grave (05). Tarif : 15 à 25 euros. Tarif réduit pour les moins de 12 ans Informations et réservations ici.

Les Chorégies d’Orange : le so Pretty

La soprano Pretty Yende dans L’elixir d’amour en 2017 à Londres.

Cet été, à Orange, on délaissera le rosé de Provence pour le vin de Bordeaux. L’Élixir d’amour, opéra pétillant de Gaetano Donizetti sera donné, vendredi 8 juillet, dans le théâtre antique d’Orange avec Pretty Yende dans le rôle principal. L’opéra, populaire et joyeux, qui se déroule dans la campagne italienne, dans un grand champs de blés, dans la géniale mise en scène d’Adriano Sinivia vue récemment à Bordeaux. L’incontournable festival propose aussi l’opéra baroque La Gioconda d’Amilcare Ponchielli et dix autres spectacles, dont le ballet Gisèle et Les Lumières de la ville, de Charlie Chaplin, en ciné-concert.

Pourquoi on veut y aller : pour la Nuit italienne avec la Scala de Milan le 20 juillet : les plus belles ouvertures et chœurs de Giuseppe Verdi, dirigés par le mythique chef Riccardo Chailly. 

Les Chorégies d’Orange 2022, du 20 juin au 6 août. Réservations et informations.

Le Festival de Saintes : l’incontournable

Vous connaissez l’attachement de <em>Classique mais pas has been</em> au festival de Saintes et il est fort probable que vous nous en parlions encore et encore, comme chaque année depuis dix ans. Le Festival de Saintes, c’est d’abord un lieu : une ville riche d’histoire et de patrimoine avec l’abbatiale de l’Abbaye aux Dames à l’acoustique magique et l’impressionnante Cathédrale Saint-Pierre. Et cette année, le festival fête ses 50 ans et promet un tourbillon de concerts baroques, classiques et contemporains.

Pourquoi on veut y aller : Pourquoi on veut y aller : Pour l’énorme surprise de clôture : un concert de valses de Vienne dirigé par le maestro Philippe Herreweghe.

Du 16 au 23 juillet, à Saintes (17). Informations et réservations ici.

Le Gstaad Menuhin Festival & Academy : le Suisse

Initié par le grand violoniste Yehudi Menuhin, le Gstaad Menuhin Festival & Academy met cette année à l’honneur Vienne, l’une des grandes capitales de la musique classique. Cette nouvelle édition, du 15 juillet au 3 septembre, fera entendre beaucoup de Beethoven : un Fidelio avec Jonas Kaufmann (le 11 août)une Missa Solemnis dirigée par Rene Jacobs (les 15 et 16 juillet), son Triple concerto, sa Fantaisie pour piano et chœur et bien sûr sa musique de chambre avec le Quatuor Chiaroscuro (le 21 juillet) ou encore le pianiste Alexander Melnikov et la violoncelliste Sol Gabetta (le 30 juillet).

Du 15 juillet au 3 septembre 2022 à Gstaad (Suisse). Toutes les informations et réservations ici

- Espace publicitaire -spot_img
Sur le même thème

2 Commentaires

    • Bonjour V. Evian et une bonne centaine de festivals qui auront lieu en France et que nous ne pouvons pas tous traités malheureusement ! Bien cordialement. La Direction.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Espace publicitaire -spot_img

Articles sponsorisés

Nos coups de cœurs

- Espace publicitaire -spot_img

Derniers articles

- Espace Publicitaire -

Newsletter

Twitter