spot_img

Adélaïde Robault

Adélaïde Robault
12 ARTICLES0 Commentaires
De A (pour Albinoni) à Z (pour Zappa), j'ai poussé sous l'influence de multiples accents musicaux. Ma mère écoutait les concertos pour piano de Mozart en boucle, mon père du jazz et de la musique électro-acoustique, version GMEB. Au final, les sonorités qui m'accompagnent sont tout aussi éclectiques. Diplômée en sciences politiques à l'université de Genève et du Centre de Formation des Journalistes (Paris), j'ai ensuite plongé dans le grand bain de la presse. Etre pigiste est un sport d'endurance qui m'a menée de Tribune Juive à Causette, des sciences humaines à la santé (chez Ca M'intéresse) et au féminisme. J'aime les chemins qui se croisent, ceux des arts vivants et de la recherche expérimentale, la rencontre entre musique, sciences et société. Et bousculer les codes. Un peu comme le propose Classique mais pas has been en somme. Aujourd'hui j'écris mes articles avec un U300 Yamaha comme colocataire, et je passe du clavier qwertzui à l'azerty les yeux fermés. En politique comme en journalisme, je vote pour multiplier les rencontres poétiques sur scène et dans la rue.

Thomas Dunford en pince pour Bach

COMPTE-RENDU - Le luthiste Thomas Dunford a choisi un théorbe, un grand luth, pour interpréter trois pièces iconiques de Johann Sebastian Bach au théâtre...

Arianna à Saclay : Quand Monteverdi part dans l’espace

COMPTE-RENDU - Collision entre musique et cosmologie, Arianna est présentée au tout nouveau théâtre de l'Ecole Normale de Saclay et bientôt à l'Opéra de...
- Advertisment -